Jean Labre (photos M. Vicent-Roubert)Tous les harmonicas
du Monde ...
 
English version English version
 


Accueil


Nouvelles


Articles


Biographie


Boutique


Contact

 
 

Harmonica et Santé, "Music for Life"
Comme je vous l'annonçais précédemment dans l'article "Musique et Santé/L'harmonica et le Souffle", je donne suite aujourd'hui à cet article à propos duquel bon nombre d'entre vous m'interrogent sur ce qu'il en est actuellement.
Bonne nouvelle, ça bouge... l'actualité est rassurante et nous oriente désormais vers des perspectives d'avenir encourageantes.
Ça bouge également à l'étranger, d'un continent à l'autre, notamment aux USA où l'on constate que des recherches parallèles menées de chaque côté de l'Atlantique aboutissent aux mêmes conclusions.
A l'instar de l'action menée en Californie par le professeur Sung Hee «Victor » Yun qui nous fait part de ses conclusions dans un long article paru dans le magazine de la SPAH, « Harmonica Happening » (N°42, été 2008), dont je vous traduis aujourd'hui l'essentiel, avec la gracieuse autorisation de son auteur.


Cliquez pour voir la photo agrandie.


Contenu de cet article :
« Les concepts de base exposés dans cet article sont le fruit d'un large éventail d'informations en provenance du monde médical et de ce monde musical qui nous est si cher. Il est le fruit de la sagesse, d'une connaissance approfondie du corps humain, il est la résultante de témoignages, d'anecdotes vécues et de preuves avérées en provenance de la communauté harmoniciste et des milieux hospitaliers, corroborées par la communauté scientifique, le tout débouchant sur un consensus général qui nous laisse entrevoir un avenir prometteur.
Mon propos résulte d'une longue recherche dont le vecteur principal est le corps humain, mais il se doit d'être emprunt de sagesse, dans le respect de la tradition, ne laissant rien au hasard, prenant en compte anecdotes et témoignages en provenance de tous bords : ceux issus de la communauté harmoniciste et ceux émanant du public en général, mais essentiellement ceux en provenance de la communauté scientifique.

PHYSIOLOGIE, IMPLICATION DE L'HARMONICA
DANS LE DOMAINE DE LA SANTÉ

L'aboutissement de recherches et travaux nous démontre que l'harmonica est en nous, corps et âme, une source de puissance et d'énergie. D'où l'intérêt suscité dans les milieux médicaux toujours à la recherche de nouvelles thérapies.
L'intérêt de la pratique de l'harmonica à l'hôpital est un phénomène récent. Mis à part son côté amusant, divertissant, on s'est aperçu que l'instrument ouvrait un horizon thérapeutique générateur de bienfaits.
Le fait de jouer de l'harmonica implique une multitude de mouvements du corps humain : bouche, lèvres, langue, joues, mâchoire, dents, cou, yeux, oreilles, muscles environnants, bras, mains, articulations, os, côtes, gorge, poumons, cœur, diaphragme, jambes, pieds, etc.
La plupart des parties du corps se trouvent ainsi engagées, d'où l'intérêt de tirer partie de tous ces liens corporels en vue de créer de nouvelles pratiques thérapeutiques, ludiques de surcroît.
Il faut savoir que les intenses vibrations créées par les anches sont instantanément transmises dans le corps, via le cerveau, stimulant ainsi une action physiologique et spirituelle, génératrice de bienfaits thérapeutiques.
La respiration requiert de jouer à un niveau sonore élevé afin de faire travailler l'élasticité des muscles sensibles du diaphragme (d'en moyenne 4mm d'épaisseur). Cela stimule l'échange d'oxygène et de dioxide de carbone dans les quelques 300 millions de petits sacs ou alvéoles de nos poumons, générant ainsi un apport d'oxygène frais qui va se répandre dans l'ensemble du corps : celulles,tissus, organes,jusqu'au cerveau. Cet apport est source de rajeunissement, il améliore toutes les fonctions de l'organisme en activant le rythme d'immunité contre la maladie.
Certains psychiâtres et neuropathologistes s'accordent à dire que le fait de jouer de l'harmonica génère des effets psychosomatiques bénéfiques.
L'observation d'une foule d'anecdotes et de témoignages concordants, démontre les effets bénéfiques de l'harmonica et du souffle.
De nos jours, des structures médicales les plus diverses effectuent, avec une rigueur scientifique, des recherches qui aboutissent à une reconnaissance de ces bienfaits. De là est née une opportunité de challenge pour tous ceux qui s'intéressent à la question, à commencer par les scientifiques.
Il en résulte que la médecine traditionnelle considère que l'harmonica s'avère être un excellent outil pour traiter certaines maladies. Certains praticiens de médecine traditionnelle estiment que la pratique de l'harmonica aide à augmenter le flux (débit d'énergie) qui conduit à renforcer le système immunitaire, réduisant ainsi la susceptibilité d'attraper des maladies, en éliminant les facteurs extérieurs que peuvent apporter, entre autres, les aliments. Ils soulignent aussi que jouer, ou écouter, de l'harmonica communique à notre cerveau, à notre organisme comme une orchestration qui aboutit à améliorer notre état de santé.

Outre l'émission d'effets chimique des composants de l'instrument (bois, plastic, nickel, cuivre,acier,etc.), sous forme de moisissures, viennent s'ajouter d'éventuels apports extérieurs de bactéries, ainsi que d'autres éléments en provenance de notre propre corps avec la salive pour véhicule. Autant de refuges bactérioloqiques qui doivent impliquer de notre part une pratique d'hygiène rigoureuse, écartant ainsi des éléments perturbateurs nuisibles au bon fonctionnement de la thérapie.

On retrouve de multiples applications du but recherché à travers des mouvements associatifs, tels que « Harmonica Thérapy International » en constante collaboration avec la SPAH, collaboration qui consiste à venir en aide à ses adhérents confrontés aux problèmes de santé évoqués dans cet article, phénomène qui à généré récemment une recrudescence d'adhésions à cette association, et rendu plus populaire la pratique de l'harmonica aux USA.

Depuis plus d'une décade, le concept « Harmonica & Therapy » a pris forme dans bon nombre d'établissements de santé, particulièremen dans l'Est et le Middle Est des USA, où se pratiquent couramment des traitements curatifs pour les problèmes de respiration, incluant les obstructions pulmonaires chroniques, l'asthme, les bronchites chroniques, emphysèmes et autres troubles pulmonaires, traitements pratiqués auprès des malades par un personnel qualifié directement impliqué dans une médecine reconnue, attentive au suivi de ces thérapies.
Concept également développé en Californie à «El Camino General Hospital » de Mountain View qui prodigue, deux fois par semaine, des soins dans son service « Cardio Vascular Pulmonary Rehabilitation », supervisé par médecins et thérapeutes spécialisés.

Des recherches dans des centres spécialisés, encore sporadiques, sont actuellement effectuées ainsi que dans quelques universités majeures et des hôpitaux épars à travers le pays.
Il faut souligner que la rigoureuse application des méthodes que nous évoquons aujourd'hui est encore actuellement relativement peu développée; mais l'éventail des recherches ne cesse de s'étendre dans bien des domaines, autres que ceux que j'évoquais précédement, tels celui de la gestion de la douleur et des états dépressifs, celui de l'anxiété, du stress, des maladies cardiovasculaires, de l'apnée du sommeil, de la maladie de Parkinson, et aussi : la mucoviscidose, le tabagisme, les désordres et handicaps mentaux, les problèmes émotionnels et pertes de mémoire.

Aidé par le plaisir et son côté réjouissant, l'harmonica revendique un pouvoir de guérison, favorablement accepté dans le milieu musical (professionnel inclus), et l'ensemble de la planète Santé.

Soyez activement à l'écoute de l'harmonica et n'hésitez pas à répandre ses bienfaits chaque fois que vous en aurez l'occasion.

Sung Hee « Victor » Yun

Fondateur du "Harmonica Music Therapy International Institute" et du "Palo Alto Harmonica Health Research Institute", (Breathing Education Center).
Président du comité "Harmonica et Santé" de la SPAH.

Rendons hommage à l'action menée par la SPAH, sous la conduite du professeur Sung Hee Yun, qui n'a de cesse de s'associer aux recherches thérapeuthiques entreprises par le monde médical et le monde scientifique

Autres Articles relevés ci et là
Sur le même sujet, dans la revue « Harmonica Happening », parue en été 2001, l'harmoniciste Tulsa READ a écrit un article ayant pour titre :
L'HARMONICA, OUTIL THÉRAPEUTIQUE
POUR LES AFFECTIONS CARDIO PULMONAIRES
Soulignant que les maladies respiratoires sont la quatrième plus importante cause de décès aux Etats-Unis. Environ quinze millions de personnes meurent chaque année de ces maladies. Le corps médical a récemment mis en place un arsenal thérapeutique utilisé par les pneumologues et les kinésithérapeutes spécialistes de la respiration, notamment à l'hôpital Florida Celebration of Health, en Floride, ainsi qu'au Collège d'Infirmiers de l'Université de l'Ohio et au Centre Deborat pour le Cœur et les Poumons du New Jersey.

Le docteur Scott A. LERNER, (MD/FCCP), du Midwest Pulmonary Consultants Diseases and Critical Care (également joueur d'harmonica), déclarait à la parution de cet article : « Mr. Read (harmoniciste), est un musicien et un professeur accompli. Jouer de l'harmonica peut améliorer la fonction pulmonaire en fortifiant les muscles respiratoires. Dans cette limite, jouer de l'harmonica est bénéfique aux patients qui ont des problèmes respiratoires ».
EXERCICES THÉRAPEUTIQUES PHYSIQUES
POUR LES POUMONS, LE CŒUR ET LES SINUS
En fin de cet article son auteur nous présente une série d'exercices qui se résument en la pratique de gestes basés sur le concept retenu :
1) Tout d'abord, si vous n'avez pas de difficulté à vous tenir debout, restez debout plutôt qu'assis. Si vous choisissez de vous asseoir vous allez avoir plus de mal à respirer, votre abdomen étant poussé vers l'intérieur.
2) Respirez toujours par le nez lorsque vous jouez, aussi bien en inhalant qu'en exhalant. Cela libère la pression de l'air dans l'arrière gorge, ce qui permet d'obtenir le ton juste des notes et permet aussi aux anches de donner une réponse immédiate à l'aspiration (au lieu d'avoir un retard ou pas de réponse en fermant votre respiration nasale).
3) Pour commencer à faire tout exercice il vous faut inspirer et expirer avec la partie basse de votre diaphragme, allant jusqu'au ventre. Essayez d'inspirer-expirer 95% de l'air avec votre ventre, et 5% avec votre nez.
4) Commencez les exercices lentement, puis augmentez graduellement votre vitesse. Donnez vous pour but de jouer au moins une heure par jour.
5) En faisant ces exercices, considérez à partir de maintenant votre harmonica comme un outil allié à un instrument de musique.
On notera qu'avec l'harmonica chromatique le cheminement de l'air est plus long, ce qui nécessite plus d'air pour jouer.
Mais attention, si vous avez de sérieux problèmes cardiaques, consultez votre cardiologue avant de commencer ces exercices.

Il vous est possible de vous procurer les exercices dont il est question en contactant la SPAH éditeur de la revue « Harmonica Happening », à l'adresse indiquée en renvoi à la fin de cet article.
Mais les conseils qui précèdent sont aussi applicables à la remarquable méthode de Jean Jacques Milteau parue dans le CD « Manque pas d'Air » que nous évoquions précédemmentµ.

Un autre article, paru toujours dans la revue ‘Harmonica Happening(
N°36, hiver 2002), est consacré à Buddy Wakefield, personnage bien connu de la SPAH, lequel reprend dans les grandes lignes les articles que nous venons d'évoquer, sous le titre : « Better Breathing using in the Harmonica ».

Plus récemment, un séminaire ayant pour thème "Harmonica et Santé", s'est tenu à Saint Louis du Missouri l'été dernier, lors de la convention annuelle de la SPAH, toujours à l'initiative du professeur Sung Hee "Victor" Yun. Y ont pris part : Tom Stryker (Président de la SPAH), David Barett,Joe Filisko, Mary J.Gormley, John Schaman, Terry Rand, ainsi que des représentants des marques : HOHNER (Steve Baker), SUZUKI (Os Leguizamo) et SEYDEL Rupert Oysler).
Cela fait plaisir de voir autour d'une table des marques concurrentes débattre d'une noble cause... On en redemande.

J'ajouterai que Sung Hee "Victor" Yun est un joueur d'harmonica diatonique d'une grande sensibilité. N'est-il pas le mieux plaçé d'entre nous au niveau du ressenti des vibrations de notre musique à bouche.

Jean Labre

*Revue "Harmonica Happening", contact : http://www.spah.org & SPAH Inc. P.O. Box 865 TROY MI.48099-0865 USA
Coût de l'abonnement annuel 45 US $, ce qui fait également de vous un adhérent à l'association américaine de l'harmonica, la SPAH (Society for the Preservation and Advancement of the Harmonica).
*CD "Manque pas d'Air" de J.J. Milteau, Contact "Musique et Santé"
4 passage de la Main d'Or Paris 75011 - Tel : 01 55 28 81 00 http://www.musique-santé. & 15€

Photo de Sung Hee «Victor » Yun prise au cours d'une conférence à l'université de Stanford et parue dans la revue Harmonica Happening.
Paru le 2 mars 2010

 

Copyright © Jean Labre 2005-17 - Mis à jour le 19 août 2017 -